Les repas de fêtes

Le chronomètre vient de se mettre en route les fêtes de fin d’années arrivent à grands pas.

Tout se chamboule dans votre tête. Devez-vous vous faire plaisir au maximum car vous vous êtes privés toute l’année ? ou Devez-vous continuer à vous priver pour ne pas anéantir les résultats obtenus ?

Et pourquoi ne pas associer plaisir et diététique ?

 

Parce qu’on n’est pas toujours maître du menus, regardons ensemble comment gérer les fêtes.

 

 

Cette année je suis invité :

 

C’est la solution la plus complexe, on doit faire honneur à tous les mets, tout en pensant à son poids.

 

L’apéritif :

Si le choix se présente préférez une coupe de champagne ou un verre de vin plutôt que les alcools forts (whisky, rhum, vodka,…). L’idéal est de ne prendre qu’un verre vu que vous risquez de boire de nouveau de l‘alcool à table.

Evitez de boire des sodas, limonades er autres jus en bouteilles car leurs teneurs en sucre saboteraient vos efforts.

Pensez aux eaux plates ou pétillantes agrémentées d’un filet de jus de citron ou d’orange.

Il est important de ne pas boire d’alcool à jeun, de ce fait il faudra manger qu’en même quelques toasts pour pallier les effets néfastes de l’alcool.

Vous limiterez les toasts à base de pâté, saucisson et autres charcuterie ainsi que ceux contenant de la mayonnaise.

Les toasts à base de poisson, jambon et crudités seront idéals. Si votre hôte a pensé à présenter des tomates cerise, radis, bâtonnets de concombre,… cela sera idéal pour vous éviter de prendre des cacahuètes et autres biscuits gras et salés qui auraient pour effet d’ouvrir votre appétit.

 

 

Les entrées :

Le foie gras, ce produit est riche en lipides mais reste un met savoureux et souvent présent sur nos tables qu’au moment des fêtes. Donc pourquoi ne pas en manger une petite tranche pour vous faire du bien au moral et aux papilles.

Toutefois on fera attention à la quantité de confiture de figues ou d’oignons.

En ce qui concerne son association avec du pain pourquoi pas une tranche, n’en abusait pas car le reste de votre repas contiendra encore de nombreuses sources de féculents.

 

Le saumon fumé, ce poisson se suffit à lui-même agrémenté d’un filet de citron et à la limite d’une tranche de pain grillé.

Il est inutile de lui ajouter de la crème ou du beurre qui auraient juste pour effet de cacher sa saveur.

Même chaud le saumon se suffit à lui-même s’il est servi avec une sauce demandée une petite quantité, si cela n’est pas possible évité tout simplement de saucer avec un bout de pain.

 

Les potages, ils reviennent à la mode sur nos tables. Méfier vous d’eux car ils sont souvent très onctueux dû à leur richesse en crème fraîche. Une portion raisonnable conviendra mais on évitera de se resservir car le repas n’est pas terminé.

 

Les fruits de mer, peu caloriques et très festifs, assaisonné d’un filet de citron ou de vinaigre leur goût sera d’autant plus rehaussé. Ne vous laissez pas tenter par la mayonnaise et le pain beurre qui ont pour effet de dénaturer leurs arômes.

 

Les feuilletés, qu’ils soient aux poissons, aux légumes ou au ris de veau, la pâte reste principalement constituée de beurre, sa composition en fait un aliment très calorique que l’on consommera avec modération souvent avec une sauce à l’intérieur on évitera ramasser le surplus présent dans l’assiette avec un morceau de pain.

 

 

 

Le plat principal :

A ce niveau du repas vous avez déjà pris l’apéritif et 1 à 2entrées, mais où en est votre faim ??

Si vous n’avez plus faim, ne vous forcez pas à manger, préférez de petites quantités de légumes si il est impossible de sauter le plat.

Si l’appétit est là, n’abusez pas des quantités en vous servant car pensez qu’il y a encore le fromage et le dessert.

 

On limitera la prise de sauce.

En ce qui concerne les accompagnements les légumes seront à privilégier, les féculents sont souvent sous forme de pomme noisette et pomme dauphine souvent très lipidique car frits au préalable.

 

Pour les volailles évitez de consommer la peau car même très croustillante elle est hyperlipidique.

 

 

Le fromage et la salade :

C’est l’association idéale de fin de repas pour limiter la consommation de pain.

Toutefois on en consommera que si on a encore faim rien ne sert de s’obliger à en consommer.

Gare aux salades trop assaisonnées car tous les efforts pour ne pas saucer pourraient être gâchés à ce moment là.

En ce qui concerne les fromages, c’est le moment idéal de prendre les inédits, pas plus de 2 à 3 petits morceaux.

 

 

Les desserts :

Voici le retour des grands classiques : buches glacée ou pâtissière.

Pour la pâtissière gare à la crème au beurre.

Pour les glaces, pas de réelle recommandation sauf faire attention à la taille de la part.

Il y a 2 sortes de desserts et les 2 vous tentent, pourquoi ne pas prendre 2 demi parts ainsi vous pourrez vous faire plaisir sans avoir pris 2 parts.

 

 

Voilà le repas est terminé, quoique nous avons oublié d’aborder 2 choses :

- les grignotage entre les plats, c’est le moment où l’on attend le prochain plat et où l’on grignote du pain. Pour éviter cela n’hésitez pas à changer de place pour aller papoter avec les autres invités.

- les boissons, l’idéal est de consommer de l’eau plate ou gazeuse selon votre préférence. En ce qui concerne l’alcool, 2 verres d’alcool maximum, préférez boire un verre des 2 alcools que vous préférez. Si le choix est trop dur prenez des demi verres de chaque alcool mais attention pas plus de 4 demi verres.

 

 

Cette année je reçois :

 

Voici la meilleure façon pour ne pas assassiner les efforts fait pendant l’année.

Mais ce n’est pas une raison pour ne pas réaliser un repas de Noël digne de ce nom.

 

Un bon repas ne veut pas dire un repas dans l’abondance, prenons pour exemple un bon restaurant : le chef joue sur la présentation, les saveurs, l’originalité. Et pourquoi ne pas faire ça à la maison.

 

La présentation

Plus un plat est bien présenté plus les convives l’apprécient.

Il vaut mieux présenter un dôme de riz plutôt que le riz en vrac avec le poisson,…

Le service à l’assiette permet de réaliser une présentation irréprochable digne des grands restaurants.

 

La quantité

A chaque fois c’est pareil, on en prévoit des tonnes et on mange les restes pendant 8 jours. Pour ne plus avoir ce souci le service à l’assiette est là aussi un avantage. Les portions sont prévues et personne ne se plaint.

De plus vu que les portions seront un peu plus petites tout le monde pourra profiter de tous les plats sans avoir une sensation de lourdeur.

 

 

La saveur

Elle est la clé du plaisir.

Le plaisir ne s’obtient pas sur la quantité consommée mais sur la qualité du repas. Plus vous dégusterez le plat plus le plaisir sera grand.

Donc place à votre imagination, jouez avec les épices et les condiments afin de donner à vos plats une autre dimension. Attention à ne pas avoir la main lourde sinon vous n’obtiendrez pas l’effet souhaité.

 

 

L’originalité

Marre du pain surprise suivi de la terrine de foie gras, de saumon fumé complété par la dinde aux marron avec des pommes dauphine et de ses haricots verts en fagot, suivi du plateau de fromage contenant plus de 10 sortes avec sa salade verte et pour finir la buche pâtissière à la crème au beurre.

Originalité ne rime pas avec difficulté.

Place à vos envies et à vos plaisirs.

Pourquoi ne pas organiser un menu à thèmes (exotique, espagnol, oriental,…), vous trouverez à la fin de cet article quelques idées menus pour vous aider.

 

Cette année plus que les autres années les économies sont de mises, jouons sur le fait maison plutôt que sur l’industriel.

 

 

 

L’apéritif :

Le classique champagne sera de mise ou alors un cocktail à base de jus de fruits frais.

 

Fini les biscuits apéritif et autres minis feuilletés du commerce, très souvent hors de prix, gras et trop salé.

Cette année place :

-          aux toasts à base de rillette de poissons maison, de saumon ou truite fumé, jambon ou jambon cru.

-          Aux tomates cerise, bâtonnets de concombre, céleri et carottes associé aux bouquets de chou fleur le tout accompagné de sauces aux fromages blancs assaisonnées d’épices et condiments divers (paprika, ciboulette, ail, persil, curry, citron, harissa,…)

-           Les crevettes, moules, coque, surimi seront présents pour ouvrir l’appétit de vos convives.

 

Les entrées :

 

Le potage

Prouvez à vos convives que le potage peut être très festif et délicieux.

Voici des exemples simple et savoureux :

-          Potage de potiron aux éclats de marrons grillés.

-          Velouté de chou fleur aux pétales de bacon grillés.

-          Soupe à l’oignon gratiné.

-          Velouté de champignon aux œufs de saumon.

 

Le saumon fumé

La présentation en chiffonnade est souvent de mise, et pourquoi pas réaliser une assiette de mâche associée à une huile de noisette et à un filet de jus de citron avec des minis chiffonnades de saumon fumé dessus et parsemer d’aneth.

 

Le foie gras

Lui aussi peut être émietté sur une salade et accompagné d’un toast de pain tiède ou de pain d’épices.

 

Les escargots

Toujours accompagnés de son beurre persillé qui le rend hypercalorique, ils sont rarement les bienvenues à table. Et pourquoi ne pas les cuisiner autrement. Une fondue de poireaux avec un peu de crème associé aux escargots légèrement poêlés sera idéale et en mettra plein la vue.

 

 

Le plat principal :

Les viandes blanches sont souvent les plus présentes et les plus simples à maintenir au chaud à condition de les arroser régulièrement pour qu’elles ne dessèchent pas.

Les viandes rouges restent délicate à cuisiner car rapide à cuire mais souvent source de désaccord entre les convives entre la viande saignante et la viande bien cuite.

Et pourquoi pas du poisson, d’excellente qualité nutritionnelle et savoureux à souhait, il est souvent apprécié de tous durant les repas de famille car il est cuisiné avec soin. Le choix est vaste : saumon, lotte, cabillaud, perche, rouget, fruits de mer, noix de saint jacques, crevette,…

Pour la cuisson on privilégiera les huiles qui parfumeront le plat.

 

En garniture, on jouera là aussi sur l’étonnement des invités avec du chou romanesco, fond d’artichaut, haricots plats, brocoli,… pour les moins courant et les plus festifs, si vous souhaitez rester dans les plus connus réalisés une poêlé de haricots vert et haricots beurre, ou des jeunes carottes ou bien des bouquets de chou fleur légèrement croquants,…

On y ajoutera un peu de féculents : pomme de terre, quinoa, lentilles, purée de pois cassés, flageolets, haricots blanc,…

 

 

Le fromage :

Souvent nous réalisons un plateau de fromages digne des grands restaurants avec ces 10 sortes. Mais comme à chaque fois, il est reste pour 1 mois.

Cette fois plus question de dépenser une fortune en fromage, voici quelques idées pour innover :

-          demi-poire chaude au cœur de roquefort fondu et sa salade verte.

-          Toast de chèvre chaud et sa frisée.

-          Salade d’endives au gruyère et aux pommes vertes.

 

Vous avez peur que vos invités n’aiment pas et bien pourquoi de ne pas réaliser des assiettes individuelles de fromages. Prévoyez 3 à 4 sortes de fromages idéalement peu connus que vous présenterez avec une salade.

 

Pour la salade là aussi il faut bousculer les habitudes, la laitue c’est bien mais pourquoi pas de la mâche, du mesclun, des endives, de la frisée, de la feuille de chêne,…

Pour l’assaisonnement, on pensera aux huiles de noix, colza, olives,… et aux vinaigres de vin, cidre, balsamique, xérès, framboises,…

 

 

Le dessert :

 

Y a-t-il une obligation à présenter de la bûche pâtissière ou glacée ? Je ne pense pas.

Place là aussi à l’éblouissement, à la créativité et à la simplicité.

 

Les verrines, elles permettent de réaliser des desserts varier à pas trop lourd à la digestion (mini mousse au chocolat, compote maison, mousse de fruits, fromage blanc au coulis de fruits,…).

Et un dessert d’autant permet de repenser à son enfance (riz au lait, gâteau de semoule, biscuit roulé, …).

Les salades de fruits ou les corbeilles de fruits courants ou exotiques remportent souvent un franc succès, ils sont légers, frais et idéals pour la digestion.

 

 

Durant le repas, vous ferez bien entendu attention à ne pas trop boire d’alcool, 2 à 3 verres maximum. Vous prévoirez diverses eaux plates et gazeuses dans le but de varier les plaisirs au cours du repas.

 

Le pain est souvent consommé à l’excès entre les plats même si l’on n’a pas faim, pour éviter cela il serait intéressant de ne pas laisser la corbeille de pain sur la table entre les plats, mais cela ferait de vous une mauvaise maîtresse de maison. Alors pourquoi ne pas donner à votre boulanger le menu de votre repas et de lui demander de prévoir un pain différent pour chaque plat ainsi place une fois de plus à l’originalité et fini les grignotage entre les plats.

 

Je pense que maintenant votre esprit bouillonne d’idées menus, voici quelques menus pour vous mettre l’eau à la bouche :

 

Repas rouge :

 

Champagne aux framboises, accompagné de tomate cerise, radis, toasts au jambon cru et aux œufs de Lump.

Carpaccio de betteraves rouges et son effeuillé de Truite fumé.

Velouté de tomate.

Tournedos grillé servi avec sa ratatouille et son riz complet.

Mesclun à la vinaigrette balsamique et Boulette d’Avesnes.

Poire au vin et Langue de chat.

 

 

Repas Marron :

 

Spritz et ses toasts de pomme de terre aux œufs de Lump noir, Toasts de pain de campagne à la tapenade et anchoïade, Toasts de rillette de sardine maison.

Velouté de châtaignes.

Médaillon de foie gras et son pain d’épices sur lit de mesclun.

Dinde rôtie aux champignons et pomme de terre au four.

Feuilles de chêne marron et Brin d’amour.

Mousse au chocolat au lait aux éclats de noix de pécan grillées.

 

 

Repas Vert :

Pissang-Ananas, avec olives vertes, bâtonnets de concombre et céleri sauce fromage blanc aux fines herbes, pomme verte à la fourme, raisins verts.

Tartelette aux épinards et amandes.

Rillette de thon sous son éventail d’avocat.

Poulet aux herbes fraiches et ses lentilles vertes.

Poire au roquefort et mâches.

Crème à la pistache.

 

 

Repas orange :

 

Kir à la pêche servi avec des bâtonnets de surimi, roulé de truite fumé au fromage ail et fines herbes, crevette, toasts aux œufs de saumon.

Velouté de potiron aux marrons grillés.

Saumon fumé avec lit de mâche.

Canard à l’orange avec ses jeunes carottes et ses rattes du Touquet sautées au safran.

Salade verte mêlée de copeaux de Mimolette et de carottes.

Tarte à l’orange meringuée.

 

 

Repas blanc :

 

Vin blanc avec Toasts aux chèvres chaud, Toast au flétan.

Velouté de chou fleur au bacon grillé.

Noix de St Jacques poêlées et sa mâche à l’huile de noix.

Blanquette de veau et son riz basmati.

Salade d’endives aux noix et gruyère.

Mousse au chocolat blanc et ses sablés à la fleur d’oranger.

 

 

J’espère que cela vous aura aidé à mieux gérer vos repas de fin d’année. Il n’y a plus qu’une chose à dire BONNES FETES DE FIN D’ANNEE et TOUT LE MEILLEUR POUR L’ANNEE A VENIR.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>